Hypothèse I : Dieu existe.

Planche n° 18.1 

 

Dieu, infini, grand et puissant ?

Si Dieu existe alors tous les croyants et leurs textes sacrés, le disent :

Il est infiniment grand et puissant. 

Est-il unique ou multiple ?

Par son immensité qu’il soit multiple ou unique, devant cet infini s’ils sont multiples ils ne font qu’un. En mathématique  2 ou 3 fois l’infini est toujours égal à l’infini, pour Dieu, il en est de même. 

Si Dieu existe alors est-il le dieu des juifs ? Le dieu des chrétiens ? Le dieu des musulmans ? A lire les textes sacrés, il est le même ! Il ne faut pas être un grand érudit en théologie pour trouver facilement les deux maillons pour passer du Judaïsme au christianisme, Joseph, le rabbin charpentier, et son fils adoptif Jésus et du christianisme à l’islam, le moine Bahîrâ et le jeune Mohomet. La racine de ces trois religions est exactement la même. Ainsi les appelle-t-on les religions du Livre. Aujourd’hui, dans une telle phrase, il nous  est difficile de rester en « –isme », judaïsme, christianisme, islam et non islamisme …mais c’est le même Dieu. Pourquoi ne pas les mettre sur le même plan ? Tous ces  «isme »  devraient avoir la même connotation. Il est à regretter que cela ne sois pas le cas. Il est clair que pour les occidentaux, l’influence du christianisme est passée par là.

Si Dieu existe alors toutes les guerres au nom de Dieu(x) … du même Dieu apparaissent encore plus stupides. Ce Dieu unique, ce Dieu commun devrait être le trait d’union de paix entre tous. Les croyants en Dieu mais aussi pour tous les autres, pour toute l’humanité, une force de paix devrait régner d’une infinie puissance, nous renvoyant à Dieu sans aucun doute.

Une vie après la mort ?

Tous les croyants en Dieu mais aussi tous les textes sacrés nous proposent « LA » solution à la question : Qui y a-t-il après la mort ? …

Si Dieu existe alors « la » réponse est  « LA » vie éternelle. A chacun de décrire sa vision de l’après, et sa façon de passer l’épreuve, mais tous sont d’accord pour la survie de l’âme. Implicitement cela nous donne la réponse à la question premium. Pour que l’âme survive à la mort du corps, il faut que celle-ci soit séparable de celui-là. Seul le dualisme le permet, seul le dualisme est possible.

Ainsi si Dieu existe, seuls, les philosophes dualistes seraient à écouter.

Mais les autres seraient-il pour autant toujours dans l’erreur ? 

Cette solution d’une vie après la mort devrait nous soulager de la peur de la mort et d’une partie de nos angoisses.

Si Dieu existe alors pourquoi avoir peur de notre fin ? 

Cette solution devrait aussi nous soulager de la  peur de la mort des autres, ceux que nous aimons.

Si Dieu existe alors pourquoi en avoir peur ?

Par l’existence de Dieu et de sa promesse de vie éternelle, où il sera possible de retrouver tous ceux que nous avons aimés, l’attachement devient possible.

Alors pourquoi tant de pleurs, tant de désarrois, tant de tristesse pour le décès d’un proche ?

Où est la fête du grand jour annoncée ? 

Dans ces moment là, il n’est pas rare d’entendre un prêtre, un rabbin, un iman dire « Ayons confiance en Dieu ».

Pourquoi la perdons-nous dans ce moment là où le transfert d’une vie terrestre à une vie céleste, pour celui qui nous est cher, s’opère ? 

A la recherche de nos origines ?

Si Dieu existe alors c’est lui qui a créé le monde. En 6 jours disent certains. Mais voilà la science les contredits : « le monde fut créé par un big-bang. ».

Et alors ! N’est-il pas plus divin de créer le monde ainsi ?  Six jours plus un septième pour se reposer (Merci mon Dieu, heureusement que vous avez eu besoin de vous reposer dès le septième jour, je n’ose pas imaginer si cela avait été après le 364éme jours, un dimanche par an cela aurait été dur). Ainsi la création du monde, repos compris, en une semaine c’est pratique, poétique et symbolique mais en un éclair de big-bang n’est-ce pas, infiniment, plus puissant, plus divin, à la portée de Dieu ? 

Ainsi Si Dieu existe, nous avons un repère qui borne les infinis de notre espace-temps. Il est à l’origine de la création, mais aussi, comme l’annonce les textes sacrés, il sera présent à la fin du monde. Nous pouvons l’entendre avec une oreille mathématique mais aussi littéraire, l’infini non pas comme « indéfinissable » mais comme « définissant », le début et la fin, tel est le mystère. Voilà, concernant notre origine et notre fin, nous avons une explication à toutes nos questions sans réponse.

Les hommes (et les femmes) à son image ?

Si Dieu existe alors il est dit qu’il créa l’homme à son image. Quand nous regardons l’homme dans toutes ses réalisations, à faire le plus grand bien comme à faire le plus grand mal, je me demande si Dieu l’a créé à son image.

Cet anthropomorphisme a l’avantage d’être assimilable par tous, mais dans ce XXIème siècle cette vision simpliste de ce Dieu si infiniment grand, mais réciproquement à l’image des hommes, ne commence-t-elle pas à se déliter ? 

L’homme face à dieu : Libre ou esclave ? 

Si Dieu existe alors comme le pensent les Théistes : Il est à l’origine de tout.Tel est la volonté de Dieu…que faire ? Et pourquoi faire ?

Devons-nous rester fatalistes ?

Laissons faire puisque c’est la volonté de Dieu ! Et prions pour éviter le courroux de Dieu.

Dieu serait-il coléreux à l’image des hommes ? 

Si Dieu existe alors comme le pensent les Déistes, par amour pour nous il nous a donné la liberté. Pas de chance dès le début : un homme, une femme, un serpent et un pommier avec une pomme (pas deux, dommage car Eve aurait peut aussi goûter ce fruit si défendu) et depuis nous voilà libres avec dès notre naissance ce péché originel en héritage :Avoir croqué une pomme ! 

Libre de choisir entre le bien et le mal.

Mais pas celui de choisir ni le lieu, ni le jour de notre destin.

Né ailleurs, dans des pays de misères et de guerres, serais-je ce que je suis ?

Sûrement non ! 

Ma religion, ma non-religion, mon agnostisme l’ai-je vraiment choisi ? 

Combien de croyants en Dieu sont initiés à la lecture et au décodage des textes sacrés ? Ainsi transcrire le pommier de ce paradis terrestre comme l’arbre de la connaissance change la vision des choses. Décoder « croquer la pomme » par « croquer la connaissance » voilà une lecture différente de ce premier épisode de l’humanité. Le péché originel serait-il donc d’avoir voulu la connaissance ?  Et par notre savoir, nous sommes-nous libérés de l’esclavage de Dieu ? 

Etre libre de Dieu mais toujours croire qu’il existe, est-ce possible ? 

Une spiritualité est-elle possible ?

Si Dieu existe alors un autre monde coexiste à celui terrestre. Il n’est pas fait de matière mais seulement d’esprits. Il est jugé d’un niveau plus élevé  mais n’est-il pas réservé aux esprits supérieurs. ? Pour les chrétiens les béatitudes donnent une réponse  « Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux. ». Mais comment lire cette phrase ? Est-ce « Heureux ceux qui ont un esprit de pauvreté » ou est ce « Heureux ceux qui ont un pauvre esprit » ? Aujourd’hui encore les théologiens ne semblent pas être d’accord sur une seule traduction. Pour ma part, si Dieu existe, alors « Heureux les simple d’esprit le Royaume des Cieux est à eux.».

A travers cet exemple nous voyons comment il est difficile de lire ces textes sacrés. La spiritualité n’est-elle pas ce regard qu’au final la vérité peut être multiple et unique à la fois, si Dieu existe.

La gestion de la souffrance ?

Si Dieu existe, il va permettre d’apporter des réponses devant cette injustice qu’est la souffrance, physique mais aussi morale. Deux écoles s’opposent, les Théistes et les Déistes. 

Pour les Théistes, la souffrance est la volonté de Dieu. Une épreuve ou une punition… Dieu serait-il sadique ? Mais comme Dieu ne peut être que Bon, seul l’existence d’un autre Dieu, 100% négatif, pourrait expliquer ce sadisme à faire souffrir les hommes, ainsi Dieu se dédouble en Dieu et Diable. La conception du Diable est avant tout une conception théiste. 

Pour les Déistes, Dieu est une aide, un soutien, pour mieux vaincre nos souffrances et retrouver une paix intérieure malgré la maladie qui peut nous détruire. En phase finale de cette dernière, il permet de trouver le chemin du repos (éternel) 

Si Dieu existe, quelle soit physique ou morale, la souffrance est de même nature. 

L’organisation de la société ?

Si Dieu existe, il va permettre par l’intermédiaire de ses prophètes de nous révéler les bonnes règles de vie pour les hommes … les tables des lois, les dix commandements, les paraboles pleines d’enseignement du Christ, les versets du Coran suffisamment complets, en tout, pour suffire à organiser une république islamiste. Mais si dieu existe, il est unique, puissant, alors soyons cohérents, il n’a pu donner que les mêmes instructions à tous ces prophètes, n’oublions pas c’est Dieu. Mais ses prophètes ne sont que des hommes avec des oreilles d’hommes. A lire toutes les transcriptions des recommandations de Dieu et à les comparer, il est clair qu’entre Dieu et les hommes le dialogue n’est pas bien passé. Les professeurs connaissent bien ce phénomène, chaque jour de classe que Dieu fait. L’homme est donc un mauvais élève de Dieu et hélas nous ne pouvons dire qui, de tous ses prophètes, fut le meilleur élève. 

Les limites d’une telle proposition ?

Si Dieu existe alors ce sont les hommes qui posent le plus de problèmes pour valider cette hypothèse. Pourquoi tant de haines entre religieux de confessions différentes ? 

Pourquoi tant de blocages sur des textes dogmatisés au cours des temps et qui ne tiennent plus comme vérité absolue face à la science qui avance ? 

 

 Autres hypothèses : 

Hypothèse II – Dieu n’existe pas 

Hypothèse III : Dieu n’existe pas en existant.  

Hypothèse IV : Dieux n’existe pas tout en existant.  

 

 

Sommaire d’un échafaudage en philosophie  Phil’Op            

Echafaudage de planches en philosophie   

Planche n° 18.1 –  Dieu existe 

Première esquisse le 14 juin  2009      

Dernière retouche le 31 décembre 2012

jerome2008 |
AHL EL KSAR |
pachasirdarlin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Variations fugitives
| kaleidoscope
| Vol d'un voilier et persécu...